Améliorer la sécurité sur un chantier de construction

 

Dickies : les 10 étapes clés suivantes répondant aux principaux risques

  1. Protéger de la poussière :
    Tant de tâches sur le site génèrent des quantités importantes de poussière, les travailleurs risquent de graves problèmes de santé, y compris les troubles pulmonaires obstructifs chroniques (MPOC), les symptômes respiratoires accrus et l’asbestose. Utiliser des systèmes d’extraction / filtration sous vide sur les outils et, dans une grande zone interne, mettre en place une tente de confinement avec une unité d’extraction / filtration. En outre, assurez-vous que le lieu de travail est correctement ventilé et que des équipements de protection respiratoire Dickies sont utilisés.
  2. Assurer une manutention manuelle sûre :
    Les exigences de levage et de poussée d’objets lourds ou encombrants impliquent le risque de troubles musculo-squelettiques (TMS) et de traumatismes répétitifs. Les travailleurs qui doivent effectuer une manutention manuelle – lever, descendre, pousser, tirer et porter – doivent être formés adéquatement. Considérons l’utilisation d’un dispositif de levage, comme un chariot élévateur, un palan électrique ou à main, et si des articles lourds peuvent être livrés directement ou plus près de la zone de stockage.
  3. Empêcher les glissades et les voyages :
    Des milliers de travailleurs de la construction sont blessés chaque année en déclenchant ou en glissant. Les principales causes comprennent les surfaces inégales, les obstacles, les câbles de fuite, les surfaces humides ou glissantes et les changements de niveau. Cela peut être évité en gérant efficacement les zones de travail et les voies d’accès, telles que les cages d’escalier, les couloirs, les sentiers et les cabines du site.
  4. Isoler contre le bruit :
    Un bruit excessif provoque une perte auditive induite par un bruit (NIHL), une augmentation de la tension artérielle, des maux de tête et du stress, une hypertension et des ulcères gastriques. Les travailleurs doivent être protégés des niveaux de bruit de plus de 85 décibels. Après avoir ajusté l’équipement et les processus dans la mesure du possible, les contrôles, y compris les écrans, les barrières acoustiques, les enceintes ou les matériaux absorbants devraient être utilisés pour protéger les travailleurs et le public.
  5. Maintien des outils à main :
    Le secteur de la construction est le plus élevé pour les blessures par outils électriques. Le risque des outils manuels motorisés et non alimentés résulte d’une mauvaise utilisation, d’une panne mécanique et d’une mauvaise maintenance, y compris la réparation ponctuelle des équipements endommagés. Il est essentiel de maintenir des outils portables pour prévenir ou éliminer les dangers.
  6. Gérer les gaz d’échappement :
    Les fumées provenant de véhicules et d’équipements diesel irritent le système respiratoire et les yeux, provoquent une maladie respiratoire chronique et finalement cancer du poumon et de la vessie. Tout d’abord, passer au carburant à faible soufre, au gaz ou à l’énergie électrique, si possible. Adaptez les filtres particulaires et catalytiques aux échappements, utilisez une ventilation locale et filtrez l’air dans les cabines des véhicules. Consultez un spécialiste afin de forcer l’air frais dans l’espace de travail.
  7. Maintenir la qualité positive de l’air :
    La nécessité d’un apport constant d’air frais dans les zones confinées est la clé. Les risques pour la santé de l’air compromis par la poussière et la fumée sont importants, comme indiqué ci-dessus. Forcer l’air frais dans un espace de travail gère le contrôle des contaminants et assure le taux d’échange d’air requis pour une ventilation efficace. Les spécialistes peuvent conseiller sur le type d’équipement nécessaire, à partir d’un large éventail de ventilateurs généralement utilisés avec des conduits.
  8. Assurer un climat sécurisé :
    Des niveaux élevés d’humidité peuvent poser problème au cours des mois d’hiver. Si des chauffe-gaz sont utilisés pour tenter de sécher un espace confiné, il existe un risque d’intoxication au monoxyde de carbone. Les déshumidificateurs sont conçus pour recueillir l’excès d’humidité, puis chauffer l’air refroidi et déshumidifié, en gardant les travailleurs en bonne santé et à l’aise.
  9. Garde contre les chutes :
    La chute de la hauteur est l’une des principales causes de décès en milieu de travail et de blessures majeures. L’échafaudage devrait être érigé avec des garde-corps, des rails intermédiaires et des panneaux de bord. Les barrières empêchent les chutes, tandis que les filets de sécurité et les systèmes personnels d’arrêt des chutes protègent les travailleurs de la bonne distance. Les travailleurs devraient porter des casques protecteurs et des bottes de travail robustes, antidérapantes et utiliser des cordons d’outils lorsqu’ils travaillent sur des échafaudages pour protéger les travailleurs ci-dessous.
  10. Contre le froid :
    Bien qu’il n’y ait pas de température minimale légale pour travailler à l’extérieur, il existe des exigences pour soutenir la santé et la sécurité. Les travailleurs souffrant de températures froides et de conditions humides souffrent d’engourdissement, de frissons et de déshydratation et sont plus sensibles aux maladies hivernales et même aux crises cardiaques. Des pratiques de travail sûres, des équipements de protection individuelle et des équipements de chauffage spécialisés – des radiateurs à huile et des radiateurs électriques pour ventilateurs – devraient être utilisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *